Nicolas Sarkozy et l'extrême droite

Publié le par Hervé

Il paraît qu'on a tort d'assimiler Nicolas Sarkozy à Jean-Marie Le Pen. Sur certains points, la ressemblance est pourtant frappante.

Reprise des slogans du Front National

Mot pour mot, le fameux slogan déroulé par Nicolas Sarkozy à toutes les sauces, "La France, tu l'aimes ou tu la quittes", est emprunté au Front National.


Des proches qui ont fait leurs "classes" à l'extrême-droite

Une grande partie de la cour qui gravite autour de Nicolas Sarkozy vient de l'extrême-droite, plus précisément du groupuscule Occident. Ce mouvement était constitué de jeunes étudiants aux slogans très parlants en Mai 68 ("Sortez les manches", "Sous développés=sous capables", "Gauchistes: ne vous cassez pas la tête, Occident le fera pour vous") et aux méthodes particulières (tabassages, violences...).
Parmi les anciens membres d'Occident proches de Nicolas Sarkozy, on retrouve Alain Madelin, Patrick Devedjian (pressenti comme possible Ministre de la Justice de Nicolas Sarkozy), Gérard Longuet, Hervé Novelli, Eric Raoult (auteur d'un édito dans le journal Minute) et Claude Goasguen.
Autre lien entre Nicolas Sarkozy et l'extrême droite: son livre Témoignages a été préfacé en Italie par Gianfranco Fini, chef de l'Alliance Nationale, héritier du Parti Fasciste Italien.

Une recherche de Gianfranco Fini sur Wikipedia (ci-dessus reçu au Pentagone en 2004) fait apparaître ses meilleures "petites phrases" :

- Août 89 : "Je crois encore dans le fascisme, oui, j'y crois",
- Septembre 92 : "Mussolini a été le plus grand homme d'Etat du siècle. Et s'il vivait aujourd'hui, il garantirait la liberté des Italiens",
- Juin 94 : "Mussolini a été le plus grand homme d'Etat du siècle… Il y a des phases dans lesquelles la liberté n'est pas parmi les valeurs prééminentes".

Une idéologie proche de l'extrême-droite

L'idéologie de Nicolas Sarkozy se caractérise notamment par cette croyance, selon laquelle, dès la naissance, certains sont prédestinés à être bons, d'autres mauvais. Cette pensée se retrouve dans ses récents propos sur l'origine de la pédophilie mais aussi dans son projet de loi de dépistage de la délinquance chez les enfants en bas âge.
Cette mentalité est très en vogue dans certains groupes d'extrême-droite, mais aussi chez une partie des néo-conservateurs américains ou encore dans des sectes comme l'Eglise de Scientologie. Nicolas Sarkozy avait d'ailleurs reçu l'un de ses représentants en grande pompe, Tom Cruise, en tant que Ministre de l'Economie et des Finances à Bercy.

Une alliance avec Philippe De Villiers

Malgré les piques de campagne, Nicolas Sarkozy entretient une alliance avec Philippe De Villiers (dont l'appartenance à l'extrême-droite ne me semble plus à démontrer). Aucun candidat UMP n'est en effet investi aux prochaines élections législatives face à De Villiers.
Celui-ci a d'ailleurs plusieurs fois fait alliance avec l'UMP, notamment avec François Fillon (possible Premier Ministre de Nicolas Sarkozy), aux Elections Régionales de 2004 des Pays de la Loire (remportées par le socialiste Jacques Auxiette).


Nicolas Sarkozy : raciste ?

Selon le footballeur Lilian Thuram, Nicolas Sarkozy aurait déclaré, peu après les émeutes de 2005: "En banlieue, ce sont les Noirs et les Arabes qui créent des problèmes'".
Par ailleurs, Nicolas Sarkozy entretient de bonnes relations avec le "philosophe" Alain Finkielkraut. Celui-ci avait déclaré en 2005 également: "L'équipe de France de football n'est pas black-blanc-beur mais black black black et ça fait ricaner toute l'Europe". Il avait aussi parlé des émeutes, dans les mêmes termes: "Le problème, c'est que ces jeunes sont noirs et arabes".
C'est à ce moment, précisément à ce moment, que Nicolas Sarkozy avait jugé opportun de déclarer "Alain Finkielkraut fait honneur à l'intelligence française".

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article