Les jeunes économistes soutiennent Ségolène Royal

Publié le par Hervé



De jeunes économistes issus pour la plupart de l'école d'économie de Paris (Paris School of Economics) se sont réunis jeudi soir à l'école normale supérieure de Paris pour échanger sur le Pacte Présidentiel de Ségolène Royal.

Les deux heures de débats ont d'abord porté sur l'état de la France, sur le constat qu'elle s'est tout de même modernisée ces dernières années et que certaines marges de manoeuvre existent pour répondre à la donne internationale sans passer par les réformes radicales prônées par Nicolas Sarkozy.

Il a été reconnu que d'importants retards devaient être comblés dans le domaine de la recherche et de l'enseignement supérieur.
Il a aussi été avancé que les entreprises devaient pouvoir accéder plus facilement aux moyens d'investissement que sont par exemple les crédits bancaires.

Tous les participants ont insisté sur la nécessité de formation plus qualifiante et accessible tout au long de la vie, notamment vis-à-vis des mutations rencontrées de plus en plus souvent dans un parcours professionnel.
Cet effort doit surtout servir aux séniors, afin qu'ils ne servent plus de variable d'ajustement des effectifs des entreprises.

En cela, cette vision s'oppose catégoriquement à celle du candidat de l'UMP, considérant le travail comme un labeur, et non comme un moyen d'épanouissement ou d'évolution personnelle.

Les économistes présents au débat ont également dénoncé le lien pas évident du tout entre emploi et flexibilité du travail, estimant que c'est toujours le même tiers des salariés qui occupe les emplois en CDD.

La question du CNE a de nouveau été abordée. La question restant selon eux la durée de la période d'essai fixée à 24 mois. Cette durée ne peut-elle pas être ramenée à 12 ou 6 mois ?

Enfin, il fut question de relations sociales et de la nécessité de réformer le pacte social comme le propose Ségolène Royal en poussant les partenaires sociaux à s'entendre et faisant passer l'Etat en second plan dans un rôle de facilitateur plutôt qu'administrateur des relations sociales.

Publié dans Politique

Commenter cet article