Sauvetage !

Publié le par Hervé

LE PETIT TRIMARAN JAUNE DE LEGENDE A CHAVIRE DANS LA ROUTE DU RHUM

Sauvé par Philippe Legros - un autre concurrent de la Route du Rhum - après le chavirage de son trimaran Switch.fr mercredi, le navigateur Charlie Capelle devrait être débarqué ce week-end à Horta, aux Açores.


Reste à sauver ce bateau de légende, sistership du premier vainqueur de la Route du Rhum, que Charlie a déjà reconstruit à deux reprises avant cette funeste fortune de mer.

Une entreprise coûteuse, que Charlie et sa femme Catherine ne peuvent assumer seuls. Catherine a monté une association pour récolter des dons dans ce but. L'enjeu est simple :

il s'agit de sauver un monument de la course au large, avant qu'il ne soit trop tard.

Alors que son skipper, sain et sauf, devrait débarquer ce week-end aux Açores, "le bateau qui ne voulait pas mourir", comme l'ont surnommé les médias, dérive en ce moment vers le large, à la latitude du Cap Finisterre.

Le temps presse. Sa balise Argos n'émettra pas au-delà du 15 novembre et il deviendra alors impossible de le localiser.

C'est Laurent Bourgnon, le double vainqueur de la Route du Rhum, armateur d'une vedette offshore, qui tente d'organiser la récupération et le remorquage de Switch.fr. Et l’affaire est possible : il y a une fenêtre météo vers le 11-12 novembre qui permettrait de réaliser l'opération.

Mais celle-ci est évidemment coûteuse. Parti avec un budget minimal sur cette mythique Route du Rhum, Charlie Capelle ne peut assumer seul le coût du sauvetage de son bateau. Cet A Capella de légende, qui a nécessité des dizaines de milliers d'heures de travail, ne doit pas mourir.

Rappelons qu'il avait déjà traversé l'Atlantique tout seul après un naufrage, avant d'être reconstruit pièce par pièce par Charlie Capelle.

Rappelons encore que Mike Birch - légendaire vainqueur de la première route du Rhum en 1978 - est le parrain du petit trimaran jaune.

Ce n'est pas juste un bateau qu'il faut sauver, c'est un monument de la course au large, dont on avait pu vérifier encore à Saint-Malo l'extraordinaire capital de sympathie auprès du grand public et des médias, tous bluffés par la belle histoire et par la qualité des finitions de ce trimaran qu'on croyait neuf, tant Charlie Capelle avait réalisé un travail d'orfèvre pour être au départ de ce Rhum, "sur un bel objet de marine", comme il dit.

Charlie, on le sait, ne laissera jamais tomber ce bateau qui a décidé de sa carrière, mené sa vie. Pour la première fois, il fait appel à la solidarité des gens de mer et de tous pour tenter de sauver le petit trimaran qui dérive en ce moment même, retourné, sur l'océan.

Pour lui venir en aide et permettre le financement de l'opération , merci de rentrer en contact avec le site de Charlie http://www.acapellaocean.com/ ou à l’adresse S.A.R.L ACAPELLA OCEAN 46 rue Emile Combes 56600 LANESTER ou charliecapelle@wanadoo.fr

Merci à Jean-François LINTANFF pour le sujet.

Aymeric BAUGAS


Publié dans Voile

Commenter cet article

LINTANFF 22/11/2006 11:41

le 14.11.2006 Bonsoir, merci de votre soutienAcapella, le trimaran de Charlie Capelle est arrivé dans le port de la trinité sur mer ce matin vers 9h30.